Publié par Gérard Glatt

Un père, une mère, un fils... Etonnante coïncidence qui m'a fait découvrir dans le même temps ou presque Indignation, de Philip Roth, et Profession du père. A propos de Sorj Chalandon, j'avais un a priori, hélas fondé sur l'expérience ! Sorj Chalandon ? Un journaliste. Libération. Le Canard Enchaîné. Ancien grand reporter. Tout ce qu'il fallait pour attendre des confrères - ex, actuels ou futurs -, l'immanquable enthousiasme, l'inévitable encensement d'une oeuvre aussi immanquablement, inévitablement supérieure à n'importe quelle autre. Et puis, il y a peu, comme je demandais quel livre lire à mon éditrice, qui n'est pas chez Grasset, mais aux Presses de la Cité, voici qu'elle me suggèra Profession du père, dudit Chalandon Sorj. Et là, quelle belle découverte ! Un père cinglé, rongé par l'OAS, nous sommes au lendemain de la guerre d'Algérie - on ne parle pas encore de guerre, mais d'évènements ; un fils entraîné malgré lui, à coups de paires de claques, de punitions répétées, de gnons, dans les délires paternels ; une mère prisonnière sans doute d'une adoration excessive pour son mari qui l'a conduit jusqu'à l'aveuglement le plus complet, voire à une pitoyable perte de raison. Tout cela sur un rythme étonnant, presque endiablé, irrésistible, où pas un mot n'est de trop. De l'irrespirable, réjouissant par instants, hautement dramatique parfois. Une médiatisation amplement méritée. Une fois n'est pas coutume. Promis, je lirai le prochain !

Profession du père, de Sorj Chalendon (Grasset) : à lire absolument !

Profession du père, de Sorj Chalendon (Grasset) : à lire absolument !

Commenter cet article

Tallet 04/07/2016 09:28

Certes, vous n'avez pas tort dans votre dénonciation de l'entre-soi journalistique. Mais là, la prévention n'était pas justifiée. C.S. avait déjà produit des ouvrages de très grande qualité que vous avez manqués. Pas trop tard pour aller voir, par exemple, du coté de l'Irlande : "Mon traître" puis "Retour à Killybegs"

Gérard Glatt 04/07/2016 10:37

Oui, vous avez raison. Mais Sorj Chalendon est sorti dans le monde littéraire un peu comme un lapin d'un chapeau, qui plus est auréolé de force prix, ce qui me l'a rendu plus suspect encore. Il suffit de voir sa bibliographie sur Wikipédia. Nécessairement, je m'interroge. Mais lorsque je fais de belles découvertes, comme ce fut le cas ici, je le dis, m'abstenant, en revanche, lorsque tel n'est pas le cas, d'en faire étalage,comme, hélas ! certains nuisibles... Et puis, que voulez-vous, on ne peut tout lire... Quand à " Mon traitre ", oui, bien sûr ! Il est déjà dans mes lectures annoncées... Je vous remercie de votre commentaire.