Publié par Gérard Glatt

route-du-rhum.jpgDepuis mon retour à Cancale, voici un peu plus de dix jours, un fait me tracasse : le randonneur, d'une façon générale, est morose. Plus morose, en tout cas, qu'il ne l'était au mois de septembre et les mois précédents. Une raison à cela ? Les perturbations du moment, sans doute, l'inquiétude dans laquelle on lui dit de nager, souvent contre son gré, quoi qu'en pensent ou disent certains. C'est dommage. D'autant plus dommage que le chemin des douaniers n'y est pour rien. Et plus dommage encore, parce qu'il est si bon, même par temps de crise, de profiter du soleil lorsqu'il dore la baie, des Rimains jusqu'au Mont Dol. Allons, que chacun pense un peu à celui qu'il croise et s'efface avec le sourire quand l'étroitesse du chemin le lui suggère !

 

Devant le portail de la villa Robespierre, non loin de La Poste, j'ai remarqué la disparition des roses trémières. J'en ai conclu que l'approche des mauvais jours n'était pas une idée fausse. De fait, même si le soleil pointe le nez, ce qui lui arrive souvent, il n'est pas rare de voir les gens, Cancalais ou non, serrer bien fort les mains dans leurs poches et marcher vite. Ce qui ne les empêche pas, si l'occasion s'en présente, d'évoquer la Route du Rhum. Et alors, tout soudain, c'est comme s'ils avaient plus chauds ! Le rhum a décidément de jolies vertus !

 

defi-cancale.jpgEnfin, ils sont partis ! Et je pourrais dire : " J'y étais ! " Levé tôt hier matin, je me suis lancé comme beaucoup sur le chemin de ronde, passant par Port Briac, puis Port Pican et Port Mer ; il était 12 heures 15, lorsque je prenais un café à la brasserie de le pointe du Grouin. Contre toute attente, la luminosité était superbe. A quoi pense donc nos experts de Météo France ? Une chose est certaine, en tous les cas, rien n'avait arrêté les amateurs de sensations ! Nous avons eu droit au spectacle le plus grandiose qui soit. Et au malheur aussi de notre Défi Cancale, obligé de faire arrière toute pour n'avoir pas été à la place qui convenait au moment du coup de canon ! Il était 13 heures 02. Au fait, vous l'avez entendu, vous, ce coup de canon ?

 

Revenu à Cancale, je suis passé par le Musée, exceptionnellement ouvert ces 30 et 31 octobre. J'y ai d'ailleurs rencontré Yves Claquin, l'affable Président de l'Association des Amis des Bisquines & du Vieux Cancale. Je l'avoue, c'est toujours avec autant de plaisir que j'entre dans ce lieu où, un peu par hasard, je découvre à chaque fois quelque chose que je n'avais pas remarqué lors de ma visite précédente. De quoi s'agissait-il aujourd'hui ? Rien de bien extraordinaire, au vrai : tout simplement de cet escalier qui permettait l'accès autrefois à l'intérieur d'un lit clos. Fort de cette découverte, je suis reparti content. Non sans avoir encore partagé quelques mots avec cette personne, à l'accueil, toujours des plus accueillantes. Qui me dira comment elle s'appelle ?

Commenter cet article