Publié par Gérard Glatt

inception.jpgLa déception n'est pas grande. Elle est plus que cela. Car c'est vraiment se moquer du monde que de traiter si mal un sujet qui méritait mieux, beaucoup mieux.

 

A l'origine, une idée bien loin d'être géniale, mais sympathique. Après tout, pour sonder l'insondable, quel meilleur remède qu'un plongeon dans les rêves d'un dormeur ? Et si ce premier plongeon ne suffit pas, pourquoi ne pas plonger dans le rêve du rêve et ainsi de suite... Puisque, forcément, la clé de l'énigme doit se trouver quelque part, au fond du fond de l'inconscient.

 

L'ennui, c'est qu'ici, cette ingénieuse mise en abîme est l'objet d'un tohu-bohu indescriptible, d'une histoire rocambolesque à laquelle même un enfant de cinq ans ne saurait croire, de poum-poums et de pan-pans assourdissants, de poursuites folles qui atteignent et dépassent la folie furieuse, sous le prétexte absurde de justifier un budget colossal dont le montant aurait été plus utile, selon moi, à ceux qui ont faim et soif qu'à la gloire du cinéma.

 

Je ne parlerai pas des acteurs : mal dirigés, ils font ici ce qu'ils peuvent, Leonardo DiCaprio gesticule dans le vide comme un malheureux, quant à Marion Cotillard, une fois encore, elle nous propose sans se forcer les limites de son talent.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article