Publié par Gérard Glatt

yves-saint-laurent.jpgUne exposition sans pareille, où les couleurs et les formes vous emportent, pontuée d'images et de témoignages, de mélodies, de voix cristallines qui vous enchantent, vous entraînent tout au long d'une vie, sans un instant de lassitude. D'une vie dont on ne sait, finalement, et malgré la gloire, si elle fut heureuse.

 

Yves Saint-Laurent est là, plus que jamais, qui dessine à main levée, que l'inspiration, le crayon guident sans qu'il le veuille, sans qu'une seconde plus tôt, un millième de seconde, il ait songé au devenir de cette silhouette qu'il trace, qui prend forme sur la feuille blanche. Yves Saint-Laurent est là, il est à Marrakech : écoutez comme tout lui paraît simple ; avec lui, écoutez Pierre Bergé, comme tout leur semble évident. Pourtant, quel travail derrière tout cela, quelle rigueur, quelle exigence.

 

Car le génie ne se suffit pas à lui-même, il ne se contente pas d'être, ce grand, ce vieux, ce superbe timide, il exige, oui, et veut plus encore, toujours plus pour parer, honorer la Femme : pour elle, le génie est créateur.

 

Au Petit Palais, jusqu'au 29 août 2010.

Commenter cet article