Publié par Gérard Glatt

retour-terre-m-palet-gg.jpgIl n'est pas toujours facile de lire et d'écrire tout en même temps. Pas toujours aisé de vivre des heures durant avec ses propres personnages et puis, soudain, de considérer ceux des autres écrivains, de les apprécier ou non. Dans ma dernière lecture, j'évoquais La Dentellière de la brume et me proposais d'en parler sous peu. Ce sera pour une prochaine fois. Aujourd'hui, je me contenterai de quelques mots brefs à propos du Retour à la terre, de Marie de Palet.

Marie de Palet nous a habitué à mieux. Dès le début, nous savons où nous allons et que Robert, amoureux un long moment de Solange, finira par épouser Monique. Tout cela sur fond de guerre d'Algérie qui, malheureusement, sans doute parce qu'évoquée à la hâte, ne nous apporte rien. Par moments, on s'ennuierait presque; à d'autres instants, nous sommes agacés. Un coup pour rien, donc, mais ce n'est pas pour cela que nous bannirons Marie de Palet de nos bibliothèques. Il nous en faudrait davantage.

Une autre lecture à venir : La mort de Brune, de Pierre Bergounioux. L'oeuvre de Pierre Bergounioux est d'importance, comme souvent les auteurs édités chez Verdier. Pierre Bergounioux est de cette race d'écrivains qui écrivent la langue française comme le paysan laboure son champ. Avec âpreté et rigueur. Essentiel, absolument, maintenant que Pierre Silvain n'est plus là.

Commenter cet article