Publié par Gérard Glatt

quelqu-un-comme-vous-gg.jpgActuellement en tournée en France, la pièce de Fabrice Roger-Lacan a été présentée, voici peu, au Théâtre du Rond-Point. Deux acteurs en profitent pour donner libre cours à leur talent, sous la houlette habile d'Isabelle Nanty.

 

Le sujet est ténu : sur une plage déserte, deux hommes se tournent autour sous le soleil. L'atmosphère est savoureuse. L'approche délicate. D'une rencontre qui pourrait être fortuite, on passe à la menace permanente qui, peu à peu se précise. L'air de rien, l'auteur se joue adroitement tant de nos travers ancestraux que de l'actualité la plus fraîche et, parfois, la plus sordide, bien connue de certains hommes d'affaires.

 

Que dire des acteurs ? De Jacques Weber ? Un seigneur. Une aisance à couper le souffle. Un maître à qui ne vient même plus l'idée, sans doute, de se prendre au sérieux. Il passe, là, malgré sa corpulence qui, d'ailleurs, lui va à ravir, comme un tröll que la mort des autres, je n'en dirai pas davantage, ne saurait atteindre. Des répliques d'une cruauté parfois inouie. Du rire aussi. Une merveille.

 

Et Benabar ? Assurément, on ne craignait pas le pire. On connaît le chanteur et on en apprécie la frimousse. Mais comme acteur ? Eh bien, là encore, du bonheur ! Un rôle écrit pour lui ? Allez savoir ! En tout cas, un rôle à sa mesure dans lequel il est manifestement à l'aise. Mais peut-être que Jacques Weber, tout en retenue, y est pour quelque chose...

 

Ce jour même, à cette heure.

Commenter cet article