Publié par Gérard Glatt

dentelliere-de-la-brume-gg.jpgIl y a quelque temps, déjà, je souhaitais évoquer l'une de mes dernières lectures. Et puis les jours ont passé... En fait, je voulais dire deux ou trois mots de " La Dentellière de la brume ", le très joli roman de Anne-Marie Castelain, paru aux éditions De Borée, en août 2011.

De quoi s'agit-il ? C'est l'histoire d'Angélique et de sa famille, travailleurs de la mer au tout profond de la Bretagne, du côté de Penmarc'h pour être précis, qui, au tout début du siècle dernier, mènent une vie difficile. Angélique, comme bon nombre à l'époque, aspire à de nouveaux horizons. Et dans la mesure où ses mains recèlent un véritable trésor, tout d'abord timide, par la suite éclatant, son entourage cédera bientôt à sa volonté : ainsi, des années plus tard, elle deviendra une dentellière reconnue dans le Paris de la Belle Epoque...


Assurément, que l'on soit ou non ami de la Bretagne, voici un livre qui mérite d'être lu, ne serait-ce que pour le talent de conteuse d'Anne-Marie Castelain, que j'ai d'ailleurs eu le bonheur de rencontrer il y a peu. Son écriture est à la fois belle, recherchée de temps à autres, mais toujours aisée, et d'une fluidité qui vous conduit sans heurts jusqu'à la 320ième page. Et l'histoire, qui nous est finement racontée, est elle-même l'évocation d'une tranche d'Histoire, avec un grand H cette fois, où les hommes étaient moins braillards et, surtout, moins vindicatifs et suffisants qu'aujourd'hui. Intéressants ! Ne voyons pas là, toutefois, de la part de notre auteure, le désir inconscient de nous donner une leçon, mais tout de même...

J'en profite pour dire un grand salut à toute la communauté Bonjour de Bretagne qui a bien voulu m'accueillir.

Commenter cet article