Publié par Gérard Glatt

aline-de-lima-2-gg.jpgLe 8 septembre prochain, superbe, le regard charmeur, le sourire enjôleur, Aline de Lima prendra possession de la scène de la Houle pour une soirée torride. Pour vous, pour Cancale, elle a réservé le lancement de son quatrième album.

Aline de Lima est de Sào Luis, la capitale de l'Etat du Maranhao. Terre de grande culture, un temps française - on le sait, puisque Sào Luis a été créée par Daniel de la Touche, il y aura 400 ans.

" Enfant, elle a contemplé les alignements de palmiers buritis, élancés, élégants, profils de chat, fruits abondants, des palmes au ciel. Ce n’est pas rien. Qu’elle ait ensuite appris à parler parfaitement l’anglais, le français et le suédois, qu’elle ait enregistré son premier album à New York, sont des détails en regard de cette géopolitique de la naissance. " (Naïve)

" Une basse gouleyante, un saxophone envoûtant et une voix nonchalante : voici Aline de Lima, née en 1978... La Brésilienne, exilée à Paris, a pris le temps de s’égarer à New York pour enregistrer son premier album, Arrebol, en compagnie des illustres Vinicius Cantuaria et Marc Ribot. Sa voix gracieuse tamise un registre plus proche de la bossa intimiste ou du cool jazz que de la samba luxuriante. Son répertoire alterne ballades romantiques, poèmes engagés (magnifique Terra) et rythmes envoûtants (Frevo Orfeu). " (Epok, l'hebdo de la Fnac)

aline-de-lima-1-gg.jpg" D'elle je ne sais que deux ou trois choses : Aline de Lima est jeune et jolie... Puis deux ou trois choses encore : Arrebol est son premier album (un autre est sorti depuis), enregistré à New York avec l'excellent Vinicius Cantuaria. C'est une espèce de nova bossa, un peu transparente... Dix babioles caressées dans son portugais d'origine. Qu'est-ce qui lui prend, tout à la fin, à cette demoiselle, de chanter du Barbara ? Pourquoi le fait-elle si bien ?... Aline de Lima met dans ces mots une espèce d'application nonchalante, ou de nonchalance appliquée ? Elle n'est pas à genoux devant la chanson, pas transie à l'idée d'emprunter cette robe demi-saison à la grande, à l'immense… La mélodie des couplets est si limpide qu'elle a infusé ailleurs, au hasard, le Del mondo des Italiens de CSI (Consorzio Suanotori Indipendenti), repris l'an passé par Robert Wyatt. Mais ce qui tue dans Septembre, c'est le changement de tonalité au refrain. Quel joli temps… En ce moment Septembre, autant qu'à Barbara et à Sophie Makhno, appartient à Aline de Lima. " (François Gorin - Télérama)

Aline de Lima, pour Cancale et Sào Luis, ce sera davantage encore : un nouveau répertoire, plus électro-acoustique, de nouveaux musiciens, une fusion entre jazz, hip-hop, afro-beat et reggae. Une voix pleine de richesse qui nous invite à jeter l'ancre sur les côtes brésiliennes. L'évênement de la rentrée à ne pas manquer !

Pour davantage d'informations, n'hésitez pas à suivre ce lien.

 

Ce jour même, à cette heure.

Commenter cet article