Publié par Gérard Glatt

Tête de Paille, de Gérard Glatt (Ramsay - 2020)

Tête de Paille, de Gérard Glatt (Ramsay - 2020)

Date de parution : 13 octobre 2020
Pages : 200
ISBN : 978-2-81220-181-3

 

Présentation :

En mars 1984, un après-midi, le père du narrateur lui annonce la mort de son frère, Daniel, qu'il n'avait pas revu depuis le mois de mai 1968. A cette époque, seize ans plus tôt, il effectuait son service militaire. C'est à l'occasion d'une permission qu'il avait appris qu'à la suite d'une colère incontrôlable, en présence des gendarmes et des pompiers appelés à la rescousse, la force de trois ambulanciers avaient été nécessaires pour maitriser le jeune homme et le conduire dans un hôpital psychiatrique de la région parisienne.

Daniel va y être interné pendant presque treize années, un tunnel sans fin, avant d'être admis, à Evry Petit-Bourg, dans une maison spécialisée pour handicapés mentaux adultes. Trois années plus tard, un cancer des poumons devait l'emporter. Il aurait eu 39 ans... Le narrateur, qui n'est autre que l'auteur de ce roman autobiographique raconte à sa manière, et sans pathétisme, l'histoire d'une vie brève, peuplée d'orages et de superbes éclaircies.

Petite précision : Les droits d'auteur de la première édition seront reversés à l'Association Les Jours Heureux, qui accompagne des personnes en situation de handicap.


Quelques échos :

" Daniel est mort. Gérard se rend à l'enterrement de ce frère handicapé, perdu de vue depuis longtemps, enfermé des années durant dans un centre psychothérapeutique. Et tout lui revient soudain. (...) Aucune mièvrerie chez Gérard Glatt. Jamais il ne s'étale, pas un instant il ne s'apitoie. Il y a du Simenon (celui de Lettre à mon juge) dans son regard indulgent mais implacable sur les lâchetés..." Pierre Murat - Télérama 

" Daniel que j'ai haï autant que j'ai pu l'aimer. Mais sans jamais pouvoir le lui dire... Un véritable coup de poing encore d'actualité sur la différence, la non-acceptation du handicap, les non-dits et la culpabilité... " Yannick Luzé - Ouest-France

"... Il veut leur dire les bons moments mais aussi les autres. Quand Daniel devenait méchant, enragé, fou furieux.(...) Mais aussi comment entre deux crises il pouvait être un autre. Un autre, lucide, convaincu que les crises allaient recommencer, pires qu'avant... " Jacques Plaine - L'Essor

" L'auteur nous offre un récit fort bouleversant au cours duquel il témoigne des difficultés rencontrées par sa famille, les moqueries et le regard des autres face à la différence. " Rueil-Infos

" Tête de paille : quel joli titre pour rendre hommage à un trop plein de tendresse. J'avoue avoir été séduit par l'honnêteté du propos. Ce n'est pas qu'un simple récit, Tête de paille est à mon regard une œuvre de référence... (...) Je m'abreuve ici, à la source d'une œuvre qui ose partager des propos que nous serions ignobles d'ignorer. " Philippe De Riemaecker - Babel-Art

" Dans ce récit bouleversant Gérard Glatt raconte son frère Daniel, mort à 39 ans dans une maison spécialisée pour handicapés mentaux adultes. Un frère qu’il n’avait pas revu depuis près de seize ans...Si le témoignage de Gérard Glatt est si fort, c’est parce qu’il ne fait pas l’impasse sur les difficultés, les colères, les éreintements de l’entourage du jeune handicapé. " Henri-Charles Dahlem - Ma Collection de Livres

" C’est un texte fort et émouvant, courageux et sincère. Les propos sont parfois durs, à la mesure des souffrances endurées, mais ils sont francs, et beaucoup de familles reconnaîtront les émotions qu’ils ressentent sans toujours les admettre et oser les exprimer... " Serge Cabrol - Encres Vagabondes

" Voici un récit qui change de tout ce que l'on peut lire, un récit qui n'est ni tout à fait un témoignage ni tout à fait un souvenir d'enfance mais simplement un récit de vie pour mettre en valeur un être aimé parti trop tôt. De quoi émouvoir le lecteur avec la force de la sobriété. Voici un récit qui sonne comme un appel à la tolérance et invite le monde à évoluer sur le regard porté aux personnes différentes." Ségolène Pampoune - Les Lectures de Pampoune

" J'ai beaucoup aimé cet ouvrage autobiographique très émouvant, écrit avec le cœur qui reflète la culpabilité, les questionnements et l'impuissance que l'auteur ressent après toutes ces années mais il en ressort également que Daniel restera à jamais dans son cœur. J'ai lu cet ouvrage prenant pratiquement d'une traite et je l'ai refermé les yeux humides. " Les Lectures de Cerise 74

"... Les sentiments humains qui ne sont pas forcément avouables au regard de notre société, vous avez osé les écrire, mettre des mots dessus (...) Le talent de l'écrivain que vous êtes, pour un sujet aussi complexe, est ici encore plus flagrant, j'espère que vous remporterez le succès que vous méritez..." Patricia G. (lectrice)

" Tout d'abord ce qui m'est apparu comme une évidence, c'est votre affection et votre amour pour Daniel... même si cela s'exprime comme en filigrane. (...) Tout au long du récit, au détour de certaines phrases, comme une pépite sertie au milieu des mots, j'ai ressenti cette affection qui était la vôtre pour votre frère qui a partagé une partie de votre jeunesse et maintenant de votre vie puisqu'il est encore présent dans vos pensées... " Alain C. (lecteur)

"  Le fond et la forme m'ont emportée sur un océan de vie parfois calme, parfois démonté. Vous avez choisi vos mots avec tellement de soin que je m'y suis quelquefois retrouvée alors que je n'ai pas vécu les mêmes choses que vous. Vous m'avez fait sourire mais aussi pleurer, vous avez réveillé des souvenirs d'enfance. (...) Vous êtes très honnête dans ce livre et pas toujours « politiquement correct ». Vous osez parler de l'exaspération que toute personne qui vit avec un être différent ressent de temps en temps. Vos propos oscillent entre dureté et douceur mais sont toujours sensibles.(...) La dernière page nous donne envie de revenir à la première (c'est d'ailleurs ce que j'ai fait). Recommencer l'histoire, comme si on pouvait en changer la fin. " Laurence N (lectrice)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article