Publié par Gérard Glatt

Que dire Des enfants, de Laurent Audret, publié chez Christophe Lucquin Editeur ? Un court roman ou, plutôt, une longue nouvelle d'une cinquantaine de pages. Un conte barbare, lit-on en quatrième de couverture. Un conte qui, dès l'abord, les premières lignes lues, inquiète. Que signifient ces enlèvements d'enfants ? D'enfants à la peau si douce et qui sentent si bon ? On a le sentiment, déjà, de n'être plus bien loin d'une certaine perversité, d'une perversité hautement condamnable, et puis non. Il faut avoir le courage d'aller plus loin, ce n'est pas difficile, et l'on découvre alors que ces enfants, ces enfants qu'on enlève, ce pourrait être ces nouvelles fourrures dont on s'entoure le cou pour avoir chaud, des visons en fibres synthétiques qu'on élèverait un temps et qu'on écorcherait ensuite pour s'en fabriquer de longs manteaux. Ne reste alors que le pourrissement délirant de la chair... Mais est-ce bien là ce que veut dire Laurent Audret ? Finalement, j'en doute encore. Je suis même persuadé que non. Alors, à chacun d'y aller voir si l'envie lui en prend : cela ne lui coûtera guère ni en euros ni en temps ; en revanche, il aura matière à réflexion. Ce qui ne sera pas si mal, déjà !

Des enfants, de Laurent Audret (Christophe Lucquin Editeur)

Des enfants, de Laurent Audret (Christophe Lucquin Editeur)

Commenter cet article